Début mars Nous nous dirigeons sur Pinas baie avec une calmasse de merde, ce qui nous obligera à faire pas mal de moteur, à l approche le vent est présent mais le fort courant m’obligera à remettre le moteur. Pourquoi Pinas baie ? J’avais lu je ne sais plus ou que c’était un haut lieu de pèche, mais nous n’avons pratiquement rien pris nous n n’allions pas assez vite pour pêcher à la traine, sur la fin nous avons pris, hélas, une énorme raie, a faire peur dans les 2 mètres d envergure ce qui m a obligé à couper mon fil, et perdre mon beau rapalas.

A l’approche de Pinas les raies sautaient hors de l eau toutes ensembles fabuleux spectacles que ces monstres nous ont donnés. Nous sommes donc mouillé devant le club ou il ya des bateaux de pêche tous semblables,et les personnes qui bossent ici nous expliquerons que les compétiteurs partent avec le même matériel, les mêmes bateaux et après avoir pesées leurs prises elles sont remisent a l’eau, ils ne reviennent avec rien. Juste le nécessaire pour les repas. Et encore pas tous les jours. Mais le plus extraordinaire c est que nous, pour avoir le droit de prendre 20 litres d’eau, il a fallu montrer patte blanche, et même avec ca, le responsable du ponton a demandé l autorisation au sous chef qui a ensuite téléphoné au grand chef. (il protège leurs très célèbres clients puisque certaines vedettes américaines viennent pêcher ici).

 bateaux de coucours de peche

perlas panama (180) (Copier) (Copier)

Nous quitterons cette baie, pour aller devant le village, après avoir été retourné, comme une crêpe par une salope de vague en arrivant sur la plage avec le dinghy. La leçon a été comprise nous irons à terre en remontant la rivière c’est un peu plus loin, mais ceci nous a permis de faire une grande lessive, et surtout de découvrir des bananiers sauvages au bord de l’eau, j’en ai rempli le dinghy avant de retourner au bateau.

perlas panama (193) (Copier)perlas panama (197) (Copier)

 

Aussitôt que les 3 filles étaient à poil dans l’eau, les gardes cotes venaient, ils devaient nous surveiller avec les jumelles, pas possible autrement. Chargé à mort, ligne de flottaison dans l eau nous décidons de partir et j’informe ces messieurs de notre départ, et nous filerons direct sur les Galápagos. Je voulais descendre la cote encore un peu, mais les gardes me l’ont fortement déconseillés, pour cause de forte vague. Sortie de la baie au moteur, mais passé la pointe le vent se lève bien comme il faut , la mer moutonne bien jusque dans l après midi, nous laisserons assez vite , la zone de pêche , ou nous voyons les bateaux des compétiteurs, à l œuvre, je regarde mon GPS, bonne vitesse, avec ce régime nous serons arrivés dans peu de jours au Galápagos. En effet avec 140 miles par jours des fois un peu plus ou un peu moins grâce à un fort courant favorable, nos 850 miles environ serons fait en 6 jours et nous arrivons le 19 mars 2009 sur une mer d’huile, la dernière journée sera moteur et bronzette.

pacifique-5-1024x768_5668382649_o (Copier)galapagos (3) (Copier)

Nos 16 jours au Galápagos se sont passés sous le soleil, beaucoup de soirées apéros, surtout que mon copain Pompon nous a rejoints au mouillage. Un après midi les filles joueront comme des folles avec une jeune otarie, nous avons de la chance, l’eau n’est pas encore froide.

IMG_4152galapa (4)galapa-7-1024x768_5668389569_ogalapagos (37)

Nous nous referons un avitaillement surtout pour l’eau les filles consonnent beaucoup d eau surtout la brésilienne avec ses douches .

galapagos-94-1024x768_5668390505_ogalapagos (106) (Copier)

De belles balades à pieds sur des sentiers, pour aller voie la faune. Mais je n’irai pas sur les autres iles car tu n’as pas le droit avec ton bateau d’aller visiter les autres iles, tu dois prendre un circuit touristique, hé hé , pognon, pognon. Déjà que lorsque tu arrives, tu n’a pas de souci à te faire pour trouver les bureaux des formalités, puisqu’il te saute sur le poil alors que ton ancre n’a pas encore atteints le fond, et je n’exagère absolument pas. Assez surprenant de partager la plage avec ses gros mammifères, moustachues, quelques unes sont sympas d’autres faut pas les approcher, un peu comme sur nos plages de France en juillet aout, mais en France ce ne sont pas les mêmes mammiferes, et pourtant certaines on la même taille. Et peut être la moustache.

galapagos (29) (Copier)

L e Départ de la baie de Puerto Baquero de San Cristobal du 3 avril 2009 ,en même temps que Pompon, se fait sous un beau soleil et une bonne brise , je n’aurai pas du mettre mon dernier beau rapalas car il ya des énormes poissons dans le coin, et forcement , nous avons pris quelque chose de très gros que je n ai pas pu identifier, mais ce que je sais c’est que j ai du couper le gros fil nylon qui devait résister a 200 kg merde. Nous perdrons de vue assez rapidement Pompon et c’est tres bien, je n’aime pas du tout naviguer avec un autre bateau a proximité, un coucou a la VHF suffit. Après nos premiers jours de toute petite brise ou je ne mettrai pas le moteur, les marquises sont a environ 4 semaines, nous ne sommes pas a deux ou trois jours près. Nous avons 400 litres d eau, des provisions, pour un tres long moment. Et les filles ont de quoi fumer pour un an !

Apres ces quelques jours de pétole, la brise est arrivée avec de la pluie, il pleut a seau, pendant 3 jours et 3 nuits sans un pouce de répit.

pluie_6946083589_o

Puis nous avons changer de cap comme prévu, et le vent est arrivé soutenu, fort au début et après la deuxième semaine plus calme, et plus on se rapprochais de la Polynésie, plus le temps était calme et la mer belle , la dernière semaine avant les marquises, nous avons mis le spi tout les jours et le soir c était le boulot des filles de plier dans les règles de l’ art , mais elles ont eu beaucoup de mal.pas grave ca nous a fait rigoler. Apres 26 jours nous arrivons à Hiva oa dans la baie de Atuona. Le bateau a l extérieur est dans un état pitoyable presque tout noir il faudra deux jours aux filles pour qu’il redevienne blanc.

pacifique (46) (Copier)

 

Ces jolies Marquises commencent à me prendre le choux dès que j ai commencé mes formalités, évidement nous sommes en France, j aurai du me méfier. Mon problème est Jenny, en tant que brésilienne il me demande un billet d avion pour retour sur le Brésil au cas où il y avait problème. Vu le prix du billet va falloir que je trouve une solution, il te rembourse le billet quand tu quittes la Polynésie, mais avec une ponction très significative je n ai pas su combien, parce que tout simplement je suis retourné à la police quand le mec derrière son bureau n’était plus le même et j ai carrément oublié Jenny, donc pour toute la Polynésie Jenny est passagère clandestine, ou juste une amie de passage. J ai défendue a Jenny d’appliquer notre truc d’attitude de voisin « va mouiller plus loin t’es trop près » tant que nous ne serions pas sortie de la Polynésie. Attitude qui consiste à sortir sur le pont a poil, ou en très petite tenue, c’est radicale, papy et mamy change de mouillage, on même entendu une fois une mamy faire sa crise. Ce truc nous a été communiqué par un autre bateau.

Bien sur nous irons voir les tombes et les musées de Jacques Brel, et Gauguin. Nous ferons presque toutes les iles, pendant nos 40 jours de séjours. Je garderais un bon souvenir des pamplemousses, un vrai nectar, moi qui en France n’est jamais pu en manger une miette d un, ici c est sans arrêt que je m en jette dans le gosier. Les mouillages, tous superbes, de temps en temps des difficultés à trouver de l eau potable, les rivières et sources sont presque toutes polluées. Et surtout les nonos, tout petit moustique, vrai calamité du soir.

mouillage ua huka (Copier)

Pour la pêche nous serons très prudents, Jenny n n’a pas pu s’empêcher de prendre un petit requin, mais nous n’avons pas mangé de poissons à risques. Sur Nuku Hiva la route de la ville a l’aéroport est sublime a faire, dans un bon 4x4 .C’est dans cette baie de Nuku Hiva que nous rencontrerons le skipper du fameux bateau qui ne passait pas sous le pont des Amériques. Taiohae sympathique ville pleine d’activité, et des gens charmants.

Sur Ua pou nous rencontrerons l’instituteur voleur, qui nous a fait payer les fruits de son jardin le double d’ailleurs, une fois dans le bateau, bien sur .Mais a Ua Pou il y avait une superbe cacade rien que pour nous, c est le luxe.

IMG_4945 (Copier)

Un petit saut et nous voila aux Tuamotu. Notre première escale sur Ahé nous permettra de revoir des amis du passage du canal. Ici beaucoup de fermes perlières, et c est assez drôle de ce promener dans le village et d’être a un mètre ou deux au dessus du niveau de la mer pas plus.

Apres Ahé nous nous arrêtons plus longtemps à Rangirora ou je suis rentré par la passe de Tiputa et sortie par la passe d’Avatoru, alors que j aurai du faire le contraire c’eu été plus facile je pense, car j ai mis du temps pour faire le demi mile de la passe d entrée bien que les vagues me poussais fort, mais le courant…. Est très très fort. A chaque marée descendante pour un peu que le vent soit contraire au courant et assez fort, les vagues dans les passes sont sérieuses, et il n est pas rare de voir des dauphins venir jouer à faire du surf dans l’entrée des passes, c était une de nos principales occupations.

IMG_5146 (Copier)IMG_5128 (Copier)ici Jenny saute au dessus des requins IMG_5133 (Copier)

Ici Jenny va passer son premier brevet de plongée, je lui dois bien ca elle est toujours dans l’eau, et en me promenant, à part me faire mordre par un chien sans grande conséquence, j ai vu un bateau comme le mien un beau Neptune 94 en calle sèche ici !!

Ici Le dimanche les gens vont pique-niquer sur les tombes dans les cimetières, assez surprenant. Beaucoup de patates de corail, les mouillages sont délicats a faire, et je ne me voyais pas descendre dans l’eau, mêmes ils n’étaient pas très gros, les requins sont quand mêmes présents. Nous quitterons les Tuamotu avec un temps très agréable, une navigation pépère même que sur la fin nos dernières heures se ferons au moteur, pas pris de risque pour rentrer dans la passe, et remonter le chenal jusqu’au mouillage faut dire que nous arrivons il est deux heures du matin !! la visu est…en conséquence

A ne pas rater, ces deux musiques, et j ai cherché ’la cathédrale’ de Brel mais je n ai pas trouvé sur le net.

 

 

. A suivre 13 Tahiti les Cooks ,Niue .Tonga, New Zélande.