les petites photos sont cliquabes et pardonnez moi s il manque de temps en temps des accents , mon ordinateur ne connais pas alors c'est tout une gymnastique pour les mettres,  merci de votre comprehension. Bonne lecture

Fin novembre Nous quittons le sympathique mouillage des Tonga pour un long périple, 1000 miles environ. Nous partons à trois bateaux ensembles, Pompon, un de ses amis et la belle mumu. Tout va très bien, sauf que l’ami de Pompon me sert d un peu trop près à mon gout et ce qui me fera une belle frayeur quand il est passé plein pot à quelques mètres de ma poupe. Je croyais qu’il faisait cela pour jouer, et après l’avoir rappelé a l’ordre avec la VHF, il me dit qu’en fait c’est son pilote qui c’était arrêté, pfff !!!

Avec les jours qui passent nous ne voyons plus personne et nous approchons de la NZD déjà la nuit il ne fait pas si chaud … quelle idée de venir ici !! Moi qui m’étais promis de rester entre le 20 eme parallèle nord et 20 eme sud

A 350 miles en pleine nuitde notre destination, alors que nous étions à l’intérieur, très énorme gros bang, merde qu’est ce qui se passe ? je sors, je cherche un autre bateau , ou un truc que j aurai pu heurter, et merde non c’est le mat qui n’est plus à sa place, plus de mat bordel , en catastrophe je prend ma pince coupe câble qui bien sur n’a jamais servie , et qui ne veut pas couper les haubans, de rage je la jette à l’eau vais chercher ma scie à métaux et en quelques secondes je coupe tout , car j’ai la trouille qu’avec la houle, et les vagues, le mat vienne percuter la coque , et je vous jure qu’ à ce moment la je ne suis pas fainéant , le bateau détaché de toutes amarres se met à danser comme un bouchon sur l eau , ce n’est pas le moment de passer à la flotte, je crois que je m’était sécurisé avec la ligne de vie , mais pas sur , j’étais un peu chamboulé .

imgp02241024x768_6946236369_o (Copier)

Et le mat voiles, enrouleur, voiles cables etc. vont rejoindre la sois-disant pince coupe cable  pour des fonds dans les 4000 mètres Au moteur nous faisons route, Mon niveau de gasoil n’est pas au top je vais être court pour faire les 350 miles qui nous reste , à bord l’ambiance est que je suis assez tendu, Jenny impeccable, me remonte le moral avec des plaisanteries qui ont beaucoup de mal me dérider, je regarde la carte , bon on a une route de cargo devant nous dans 2 ou 3 heures on va la suivre , en plus c est presque notre route , ( sur les cartes sont marqués les câbles sous marin , et les cargos en générale les suives) et je ne sais pas si j’ai un ange gardien, mais j avais mis une deuxième antenne sur mon balcon arrière, parce que je ne savais pas ou la mettre je ne me rappelle même plus pour quoi cette deuxième antenne. Toujours est il que je change le câble d’antenne de la radio VHF et me voila avec une VHF opérationnelle pas de portée énorme mais c est déjà ca, second truc ,mon « mer veille » lui aussi a son antenne sur le balcon arrière, pour lui je me rappelle bien a Tahiti j avais eu la flemme de la mettre sur les barres de flèches comme c’est préconisé sur la doc , donc il fonctionne encore , et il va m’avertir quand un cargo passera à proximité.

La chance nous souris encore car Pompon et son copain croisent notre route , le copain ne répondra jamais à mes appels VHF et je suis sur qu’il a entendu , enfoiré de mec, et donc c’est mon copain Pompon qui nous refile un bidon de gasoil au milieu d’une houle pas possible, sacré exercice car pas possible de venir bord à bord, donc il jette le bidon a l’eau et nous on le récupère, tres facile à dire ou écrire mais le faire !!!

Nous réussissons quand même et ca me permettra d’aller plus loin, car d’après mes calculs je vais consommer 160 a 180 litres de gasoil j’avais en partant 120 litres mais je ne compte que 100 litres car le fond de cuve, je m’en méfie donc il me manque environ 60 litres, avec un peu de marge, disons 70, avec le bidon de pompon il me manque encore 50 litres. Je continue donc ma route soulagé car Pompon connait mon problème si nous avons une panne de moteur, il pourra avertir les autorités compétentes , Le lendemain matin, le ‘mer vieille’ se met a bipper, je saute sur la VHF et avec mon anglais de 4 eme , je commence à dialoguer avec le capitaine , nous arrivons il me dit, j'ai beau scruter l’horizon je ne le vois pas, et le « mer veille » arrête son bip , le bateau est parti , merde , quelques heures plus tard rebelote le bip du « mer veille » , cette fois avec Jenny nous envoyons tout ce que nous avons en fusées, feux, etc. Bref pour jouer dans un port ou sur une mer calme en démo ca va, mais ici en condition réel avec une houle et le vent,  lorsque tu lances le truc c’est juste au moment ou la houle te balance, donc presque tout par en couille et en fait tous ces trucs ne servent à rien. Je reprends donc ma VHF et le capitaine me dit on arrive, j ai déjà entendu ca, je fais donc demi tour et je vais à sa rencontre, nous échangeons nos positions, le capitaine me dis dans 25 minutes on sera en face de vous.

Ca n’a pas loupé le cargo PACIFIC RAINBOW arrive, un monstre, il stoppe et nous venons à couple, ils descendent leur escalier mais je leur fait signe que je vais sur la proue , l escalier me fait peur il fait peut être la moitié du poids de la belle mumu .. Si il le met sur mon pont nous coulons c’est sur. Le capitaine grâce à ses propulseurs d’étrave, se met en travers des vagues ce qui nous protège et c’est dans un calme bien relatif qu’ils nous font parvenir 50 litres de liquide noir comme de l’huile, du gasoil paraît-il ? Et aussi des repas, je leur renverrai tout notre alcool que nous avions à bord

acostage_6946232303_o (Copier)lerainbowpacific_6800130294_o (Copier)

. Le capitaine me dit qu’il va avertir les gardes cotes d’Opua, notre destination, et moi j espère que son gasoil va passer. Nous le mettrons aussitôt dans la cuve pour avoir un mélange acceptable et je dis a Jenny nous allons être fixé assez rapidement si le moteur s’arrête ou pas.

Nous sommes repartis a 4 kn à monter et descendre les vagues, et maintenant que le cargo a averti Opua et que j’entends la communication du cargo sur ma VHF , le stress me quitte complètement , et sans pouvoir rien faire pour les arrêter les larmes te coulent comme une fontaine et tu ris et pleures a la fois, (en réfléchissant un peu je pense au vent qui était bien contraire et derrière nous il n’y a rien sur des milliers de miles).1 heure après le moteur tournait toujours au poil et le lendemain la mer est devenue calme, nous allons tranquillement notre bonhomme de chemin.

Milieu de la troisième nuit le poum poum du moteur nous berce nous dormons presque, mais je suis réveiller par la VHF qui appelle La Belle Mumu. Je vais répondre et demande ”Please speak very slow i not understand very well” alors le gars me parle mot à mot et la, je comprends qu’il me demande si je vois un feu bleu clignotant. Je répond par l’affirmative et effectivement ce sont les gardes cotes qui se pointes avec leur grosse vedette , il est 1 heure du matin et il me trouve sur nuit complètement noir et nous sommes encore a environ 50 miles d’Opua. J'avais juste mon feux de mouillage arrière qui éclaire mais ca ne se vois pas à des miles , ces messieurs me demandent si je veux du gasoil , je leur répond par la négative en leur disant que ca ira jusqu'à Opua maintenant, et que je compte arriver demain en début d’après midi et effectivement, le lendemain nous arrivons au ponton d accueil escorté de la vedette des gardes cotes qui nous a rejoint en fin de matinée et qui nous donnerons des félicitations de nous être débrouillé seul en arrêtant un cargo .

les gardes cotes

IMG_6320 (Copier)

 

Pas besoin de vous dire que tout Opua était au courant .Nous nous serions bien passer de cette aventure , et de cette triste célébrité .Ce qui n’a pas empêché les autorités de venir inspecter la coque avec leur camera sous marine et de regarder si nous n avions pas de denrée interdite a bord. Et devant nous, je vois Pompon qui vient d’arriver une heure plus tôt.

La cause du démâtage ? Une cadène inox c’est rompue. Le gros bruit ? La soudure qui relie la pièce réceptrice du mat et l épontille a cassée du fait que sur le pont la pièce est un peu manchonne dans le mat et en tombant le mat a fait subir une torsion à cet ensemble épontille pièce sur le pont et bien sur l’épontille elle ne peut pas se tordre, donc la soudure a casse net. Et Le 8 décembre 2009 nous somme en NZD

La réparation.

A Opua, je vais voir sur les quais et je retrouve nos amis John et Nicole qui font de grosses réparations sur leur bateau Taraipo. John est multi langue, et comme il va à Whangarei dans les jours qui suivent je lui demande de regarder s’il y a des mats d’occases dans les chantiers. De retour il me dit effectivement il a vu dans un chantier un mat qui fait un mètre de moins mais qui fera l affaire, la chose est complète car c’est un mat neuf qui devait aller sur un bateau en construction, mais celle-ci a été abandonnée pour cause de maladie. Je vais voir le mat, et je donne un acompte au vendeur. Le chantier qui le vend me fera la pose .

IMG_6862 (Copier)

Qui dit nouveau mât dis, nouvel enrouleur, nouvelle grande voile, avec tout ce qui va avec. Une chance que dans les grandes traversées je mettais mon vieux génois, donc j ai encore mon génois neuf qu’il a fallu recouper un peu mais bon c’est faisable et pour pas trop cher. Le tout me coutera quand même dans les 8000 euro.

Comme du coté de ma banque j ai eu la malchance de donner procuration à mon fils ainé et que celui-ci sous complète influence et très néfaste de la forme humaine qui lui sert d’épouse, ne fera aucune démarche positive auprès de ma banque afin que je récupère mes fonds des différents compte placés. Donc Pompon et Bernard me ferons chacun un prêt pour que je puisse boucler mon budget.

Quelques lecteurs de mon blog me ferons parvenir une aide par l’intermédiaire de mon frère Dadan. Des lecteurs vraiment sympas je leur dis encore merci. Sois dit en passant le copain de Pompon qui est 100 fois plus riche que nous ne m’a rien proposé comme aide, pourtant avec sa gueule … il en faisait des choses.

Je descends donc au moteur a Whangarei pour faire la réparation, avec mon copain Pompon en soutien au cas ou mon moteur ferait des siennes, en fait c’est la pompe à eau du moteur de Pompon qui nous fera des misères en arrivant et c’est la belle Mumu qui va le prendre en remorque sur quelques miles le temps de réparer. Le chantier ou je fais la réparation est sois disant très professionnel, en fait comme les autres il faut surveiller les mecs qui bossent sinon, une goupille oubliée ici, la un écrou mal serré etc. etc. .Comme la bôme est bien plus longue, je suis obligé de déplacer mes panneaux solaires, sur l arrière ce qui m’oblige à faire un portique, que je réalise avec l’ancien tangon et les profiles d’enrouleur que j ai pu récupérer. J’ai perdu un mètre en hauteur mais la bôme plus longue me redonne la même surface de toile avec un centre de poussée vélique un peu plus bas ce sera moins bien au près, mais au portant et largue surement plus propulseur, …j’espère. Pendant le changement de mat nous en profiterons pour refaire l antifouling et quelques travaux de peinture. Et la visite des bars avec des groupes sympa

.la bande du moment

IMG_7111 (Copier)IMG_7122 (Copier)

Ou tout commence à 20 heures et fini à minuit.

Et ou je rentrerais des fois bien accompagné des deux façons

 

Nous ferons un galop d’essai dans les iles et mouillages environnants, ou nous trouverons des coins superbes, mais les nuits sont froides, heureusement à deux dans la couchette on se réchauffe. Pas loin de ile de Great Barrier (un endroit à découvrir) nous avons pris 4 thons en une minutes,

coromandel (38) (Copier)

Jenny a tout de suite nettoyé les poissons, et bien sur un coup de jet pour nettoyer le sang et déchets, et c’est la que j ai vu mon plus gros requin a coté de la belle Mumu avec son aileron qui dépassait de l’eau d’au moins 40 cm une belle bête la moitié du bateau environ soit dans les 5 mètres. Sur cette Iles il n y a pas de voiture, et tout est protégé, la faune et la flore, les poissons, les coquillages etc. J’ai ramassé un seau de coquillages sans bouger mon cul du dinghy, il y a des panneaux indicateurs te disant de ne ramasser que les gros, précaution inutile, il y en a tellement.

la baie de Great Barrier ou nous sommes mouille 

greatbarrier (8) (Copier)

Les balades en foret sur chemin balisé sont très agréables, et lorsque tu changes de site, tu as à ta disposition un spray pour désinfecter tes chaussures !! Beaucoup de sources chaudes ou il est interdit de mettre la tête dans l eau, beaucoup de gaz s’en échappe, d ailleurs ca pue un peu…et même carrément.

Jenny et une source chaude...   j ai pas mis chaude au pluriel,  quoique ...

 

IMG_7741 (Copier)

Et ici dans une baie nous ferons connaissance de Mélanie, journaliste en freelance, qui est globe trotteuse de profession, Une fille incroyable.

 

Puis nous irons a Auckland depuis le temps que j’entends parler de ce haut lieu de la plaisance je voulais voir. D’abord le mouillage est vraiment merdique. C’est une performance d’aller du bateau à un coin pour laisser son dinghy. Et la baie est sillonnée sans arrêt par des bateaux d’entrainements qui font des allés et retours. Lorsque tu vois arriver 50 bateaux sous spi tu mets à fond ton annexe pour ne pas être sur leur passage. Les gros bateaux de la classe American sont au port et ils attendent des touristes pour une petite démonstration, sur ce plan d eau complètement fermé, donc sans une vague.

IMG_7497 (Copier)

Nous reviendrons sur Whangarei pour fêter les 40 ans de Jenny et début avril,

Jean, Seb 2 ,Marcia epouse de Jean, Jenny, copine de Seb 2 , et votre serviteur.

img_7138-1024x768_5668973792_o (Copier)

lors de notre remontée sur Opua pour faire la sortie et partir sur les Fidji, nous serons abordé en mer par nos amis les gardes cote qui ont reconnu le bateau et viennent demander des nouvelles. Ceci dit quand ils arrivent ils sont un tantinet impressionnant, et super stricte. J’ai connu un mec avec son gros catamaran en bois, fait maison se retrouver en prison il n avais pas de papier officiel pour son bateau. et autre voilier qui voulait du gasoil, pour rentrer au mouillage c’est vu répondre ; vous êtes un voilier, rentrez avec vos voiles.

la baie d'Opua, et balades a velo a whangarei , avec casque , le reglement, on ne le neglige pas en NZD

IMG_6339 (Copier)img_6766-1024x768_5668971592_o (Copier)

 

Début Avril les conditions sont bonnes pour repartir, la nav va être longue 1100 miles, mais les vents sont favorables, d ailleurs il faudrait être fou pour partir d’ici vent contraire, la mer est très sérieuse ici et en plus il commence à faire bien froid la nuit.

Le départ se fait sous un beau soleil vers les 2 heures de l’après midi car je veux profiter du courant de la baie marée descendante qui porte très loin, Pompon est déjà parti tôt le matin avec un couple de jeunes qui font du bateau stop car son copain Seb est rentre en France pour travailler. Nous partons d ailleurs presque tous en même temps à quelque heures d intervalle,

Un autre Seb , Jean, Pompon, nous ,et un autre bateau.les premiers jours la moyenne est très bonne le courant favorable nous aide, ensuite 2 jours dans une toute petite brise, on pourra même venir bord à bord avec le Seb 2 pour échanger un poisson contre une binouze puis le Seb avec son gros bateau part devant. A mi parcours nous prendrons une sacrée branlée pendant 3 nuits et 2 jours le génois complètement roulé, la grande voile arrisée au maximum, nous sommes au largue et nous filons a un bon 6 kn avec presque rien comme toile , les vagues qui m’arrivent sur tribord sont impressionnantes , même pour aller faire pipi c’est presque a 4 pattes pour manger ce sera les petits lu uniquement de toute façon ca brasse tellement que nous n avons pas faim .

Un couple de moineaux vient a bord dormir avec nous une nuit a bord, et quand le vent et la mer seront calmes un repartira l’autre restera avec nous, je lui donnerai un peu d’eau et des miettes de pains il ira dans les cheveux a Jenny et sur mon bras pendant la lecture de mon livre,

IMG_7862 (Copier)

puis il a disparu. Nos derniers jours sont occupés pour la pêche, et après 10 jours, le 30 avril 2010 nous arrivons au Fidji en fin de journée je mouille dans la première baie pour la nuit. Le lendemain matin direction Lautoka notre port d’entrée nous venons ici car il est bien plus cool que le port de la capital. Heureusement que j ai attendu qu’il fasse jours pour remonter la cote, il ya des cailloux partout. En arrivant nous allons faire les démarches, après une douche, je vais changer de teeshirt, et je vois mon moineau disparu mort sur un de mes teeshirts.

Nos amis sont déjà la et d’autres arriverons le lendemain. Jean me dira; j ai pensé a vous quand mon ordi a volé de la table a carte, (il a un super maramu qui fait bien 4 fois le poids de la belle Mumu) .Une fois les formalités finies nous n avons aucune raison de rester ici, la bière est la plus mauvaise de toute celle que j ai bu jusqu’ici, carrément a gerber, le soir dans les bars les mecs dansent entre eux en attendant les filles, qui ne viennent que très tard , seul le marché retiendra notre attention il est sympa.

IMG_8121 (Copier)

 

Nous allons trainasser du coté des iles environnantes, le pont de sable, une route de sable qui relie deux iles Waya, et Lai Lai c est sympa, avec des mecs qui s entrainent au rugby sur un le terrain à cote de la plage, Puis nous irons sur Naviti je ne me rappelle plus exactement mais il me semble que c’est ici dans la baie qu’il y a un gros voilier jeté sur la plage par un cyclone, et les mecs ont tous cassés et revendent les pièces,

pont de sable et bateau cycloné et depouillé

 

IMG_7905 (Copier)IMG_7926 (Copier)

 

Nous nous profiterons de la piscine du ressort, et aussi beaucoup du bar.

IMG_7950 (Copier)

Ensuite un petit saut sur bleu lagon (y en a partout) sur Nany Island, ici j ai vu de vrais jolis fonds, sur le tombant du récif, tu vois réellement bien tout espèce et variété de vie, bien plus qu’ailleurs, d’ailleurs c est bien au Fidji que j ai vu les plus beaux fonds, faut dire aussi qu’il y a peu de touristes et que je ne suis pas un grand plongeur.

IMGP1826 (Copier)IMGP1599 (Copier)IMGP1642 (Copier)IMGP1644 (Copier)

IMGP1740 (Copier)IMGP1662 (Copier)

 

Notre ami Pompon qui ne supporte plus ses passagers va nous les donnez, nous sommes deux ils sont deux je pense que ce sera mieux, et effectivement l’avenir nous le dira à deux couples ca va. Nous aurons un après midi de pluie avec une eau chaude au possible qui nous tombe sur le caillou, sympa pour la douche.

Apres ce périple de quelques jours Nous rejoignons Lautoka pour faire notre check out et en voiture, histoire de voir l intérieure de l’ile, nous irons dire au revoir, à nos amis qui sont dans la marina de Vuda ou pour passez la saison cyclonique il enterre les quillards jusqu’ à la coque, première fois que je vois ca.

Et c’est le départ le 24 mai pour les Vanuatu à 4

En souvenir de Mélanie qui a dédicacé ce titre a son chéri du moment.


https://soundcloud.com/purplewerewolfs/toots-and-the-maytals-54-46