9 Aller va pour la Guyane Cayenne , Kourou, Trinite, St Vincent, st Lucie, Martinique
Ce trajet est facile et si quelques navigateurs se vantent d’avoir fait une bonne moyenne c’est que le courant est fort, et favorable, le vent et les vagues sont également favorables, il y a même des bateaux à moteur qui se laisse emporter par le courant. Par contre j’ai vu un bateau de grande qualité a Fortaleza qui avait fait Cayenne Fortaleza donc avec tout en face, tout était cassé à l’intérieur, vouloir lutter contre les éléments on en paye le prix fort !. Ces 1000 miles se feront en une petite semaine, de temps en temps un super orage arrive par derrière mais je gère facilement en pliant tout et je vais manger ou dormir.. De toute façon personne ne vient en face … un petit coup de radar de temps en temps, mais il bouffe tellement d’énergie, que je ne m’en sers presque pas.


J’arrive dans un premier temps à Cayenne et je mouille à Degrad-de-Cannes marina un peu loin de tout, pour aller chercher son pain il faut faire du stop !! Je serai obligé de louer une voiture le temps de mes deux semaines. Dans la marina, il y a des bateaux dans un état pitoyables complètement moisis, les conditions météo sont sans pitiés pour ces bateaux un peu laissé à l’abandon. Ajouter à cela des résidents de très longue date pas sympa du tout, donc aucune raison de rester ici, je vais aller à Kourou il parait que c’est plus sympa. Quelques bars bien sympas à Cayenne mais la nuit, les jolies filles celles qui te font te retourner sur leur passage te demandent 100 a 150 euro !! Franchement elles exagèrent ….


Allez, une petite journée de nav nous voilà dans le chenal de Kourou, ou tu serres les fesses le sondeur est à moins de 2 m !! des fois 1,40.. Mais bon tout le monde passe ici même les cargos qui desservent le centre spatial alors pourquoi pas moi. Kourou, les bateaux mouillent de chaque cote de la rivière et tu as intérêt à avoir un bon moteur a ton dinghy le courant est bien présent, j a été oblige de changer le mien et j’ai aussi réparé mon enrouleur qui me faisait des misères depuis Jacare. ( A Parati (sud de Rio) le mec m’avait changé les billes du roulement pas des billes en fer ….. évidement 4 mois après elles étaient archi rouillées)


Tous les après-midi, je vais voir les matchs de rugbys nous sommes en pleine coupe du monde. Avec Pompon et Seb nous irons visiter le centre spatial, et un mois après assister à un départ de la fusée Ariane, nous étions assez loin sur un site prévu, et bien, au décollage tant mieux que ça se passe bien si ça explosait au sol j’imagine les dégâts. Ca crache vraiment dur au décollage.

aria5oy0_6946211377_o


Je ne peux pas quitter la Guyane sans une visite des iles du salut, ou je croyais rencontrer Chéri Bibi mais il n y plus rien que des ruines.................. Cheri Bibi  ? 

ponponal4_6800105358_o

En fait les ruines des prisons sont devant Kourou et pas du tout devant Cayenne.
Quelques bars bien sympa avec de la musique en live et quelques filles sans culotte sous leur mini juppe….je les comprend il fait tellement chaud !! rien de bien extraordinaire avec les filles sauf une petite qui dans le bateau en pleine action elle m appelé papy.. Ça m’a coupé tous mes moyens, j’ai du mal à accepter ce mot, pour moi j’ai retrouvé mes 25 ans !!


Puis départ et direction Trinidad, bonne nav pour aller à Trinidad sans problème si ce n’est que pas de vent en arrivant et que le passage pour rejoindre la zone de mouillage !! a un courant très violent contraire bien sûr !! 2 heures pour faire un 1,6 miles et pour couronner le tout un orage bien fourni ma coupé la visibilité heureusement que j’avais bien préparé mon coup. (ca fait 300 mètres environ au moins large le passage),


Un dernier virage sur bâbord me voilà a Chagarama ou je retrouve Pompon et Seb, et aussi d’autre bateaux en particulier un couple de jeunes à qui j’avais prêté mon spi, car leur bateau un peu lourd et sous toilé méritait un peu plus de puissance, et ils m’ont rendu mon spi sans un merci ni aucun geste de remerciement… des rats quoi !!


La zone de mouillage ou les bateaux sont en attentes pour aller sur des chantiers pour divers travaux est pleine à craquer, mais il y a plein de chantiers, et ça va assez vite en fait on n’attends pas trop longtemps pour sortir son bateau, tout est fait pour l’entretien mais si je te donne un coup de main et si après tu viens me donner un coup de main, c’est très mal vu des autochtones. Ici on ne rigole pas avec la douane et les autorités, d’ailleurs dans leur vedette avec 500 a 600 cv au cul de leur hors-bord, leur gilet pare-balle et leur mitraillette, tu fais comme ils disent !! Plein d’anecdotes circulent à ce propos à radio ponton. Je me suis réveillé un matin avec une grosseur a une cuisse, pas du tout douloureuse, mais assez grosse, le lendemain elle avait doublée comme un œuf de poule a l intérieure de ma cuisse, je vais prendre un avis auprès d’un couple d’infirmier qui sont en plein travaux sur leur bateau, leur diagnostique ; Va à l’hôpital ton truc peut dégénérer.


Je vais à l’hôpital de Port of Spain après une très longue attente, je suis regardé par le médecin des petits bobos, il me dit ce brave homme ; uuhhh uuhh trop gros pour moi on va vous opérer !!! déjà là je ‘’bande’’ plus.. On me colle dans un fauteuil roulant et direction le second étage, j’arrive dans une salle ou les malades ne sont pas loin de la fin, bonjour l’ambiance !! et ici rebelote j’attends 2 heures , puis arrive une petite doctoresse indienne mimi comme tout avec son aide brésilienne, je baisse mon pantalon, elles m’allongent sur une table d’opération , et les voilà qui se préparent, en fait elle a simplement stérilisé, un cutter comme il y a chez le marchand du coin, et son aide me tient la jambe pour que je ne bouge pas !!, et comme ça, a VIF elle m’a ouvert ma grosseur, m’a nettoyé et m’a recousu un peu, un gros collant la dessus et tout ça très simplement, putain m en rappellerai toute ma vie, je veux pour payer, non non c’est gratuit ! Me voilà clopin-clopant, je regagne le chantier, et quand j’arrive mon dinghy est plein d’eau une bonne âme m’a attaché le moteur pour que le tout ne coule pas, je regonfle, vide l’eau et retourne au bateau ou je m’écroule sur la couchette. Y a des jours pleins comme ça………. et mes fils croient que je m’amuse !!!


Je quitte Trinidad direction la Martinique, au niveau de des grenadines, mon GPS me signale que je ne vais pas dans la bonne direction ? je regarde mon cap compas, tout est normal, merde le GPS décone? je pose un point de relèvement sur la carte et j attend 1 heure, le vent est très faible mais j’avance bien. En fin je crois que j’avance, car à mon deuxième point de relèvement, je vois que je recule , le GPS a bien raison je recule, bien que l’étrave fende les flots, en plein milieu de l’océan comme ça, un courant qui te fait reculer, première fois que ça m’arrive. Aller un petit coup de moteur pour sortir de ce mauvais coin et j’arrive à ST Vincent .


St Vincent premier mouillage je me prend la tête avec un branleur qui voulais que je paye mon mouillage, déjà que je change de pays, donc pas de monnaie locale , je n’ai jamais eu des dollars aussi ( c’ est curieux d’ailleurs comme partout les gens s’imaginent que tu as des dollars plein ton bateau) et puis a peine la pioche mise dans l eau, il te saute dessus , j’aime pas ça du tout même pas le temps de boire un coup ou de se reprendre, tu arrives d’une nav de plusieurs jours, tu as peut-être droit à temps de repos non ?


Je passe la seconde nuit à Chateaubelair toujours sur St Vincent et dans la nuit 3 pirates viendront me voler des bricoles sous la menace d’un pistolet et de couteaux, appareil photo, jumelle , un peu de monnaie de Trinidad, rien de bien important, mais le pire c’est que pendant 1 heures ils ont fouillé le bateau de fond en comble pour trouver des dollars, imaginez le bateau secoué comme un jouet, l’état à l’intérieur, quand ils sont partis c’était comme si un ouragan était passé.. Je ne pense pas qu’ils étaient vraiment dangereux, mais ils avaient des armes. Je ne vais pas risquer un accident pour quelques bricoles. Je ferai quand même une déclaration aux flics de Martinique, qui ne sont pas surpris, et qui me disent que je suis la énième victime de cette baie.


Apres ST Vincent, une nuit à St Lucie, puis j’arrive en Martinique dans la baie du Marin. Me voilà ici pour deux mois au moins. Et mon premier souci est de changer mon annexe car Pompon et Seb m’ont surnommé Papy sica tellement j’en ai mis sur celle que j’avais acheté au cap vert.
Je ferai un coucou à mon copain Bernard qui habite ici et que je n’avais pas revu depuis 20 ans !!
Mais nous en reparlerons de la Martinique… car c’est d’ ici que je dois aller chercher Jenny ma Brésilienne au tempérament de feu..

Ps ; le sica est une colle souple qui permet des réparations sur beaucoup de support, notamment les matières d’annexes